25/02/2018

24/02/2018 "In the footsteps of the 82nd Airborne Division" à St-Jacques

Composition1Map 2018.jpg

Il y a un certain temps déjà que je n’avais pas écrit de commentaire sur mon blog. Je suppose donc que vous l’attendez tous avec impatience !   J
En fin d’hivernation, la reprise est toujours difficile. Surtout quand le vrai hiver commence à peine !
Lorsque je quitte la maison pour sortir le mobilvouac du garage, la seule chose à laquelle je pense à ce moment-là, c’est de rentrer, d’allumer le chauffage et de ne plus bouger de la journée ! J’essaie même pas de connaître la température extérieure, réelle, supposée ou ressentie, je vais avoir besoin de ma paire paire de mitaines à mettre au-dessus de mes gants, parce que sinon, ça va pas le faire !
Pourquoi ? Jesplic : Avec mes gants légers, pas de souci pour faire des photos ! Mais hélas, c’est pas ça qui réchauffe les mains ! Avec des gants qui réchauffent vraiment, pas facile non plus de faire des photos ! D’où l’idée d’ajouter une paire de mitaines au-dessus de mes fins gants ! Suffisait d’y penser !
Je poste une photo du dispositif, mais sachez que j’ai l’intention de le faire breveter dès que j’en ai les moyens !

DSC00266.JPG

Revenons à nos porcelets ardennais ! 
Je vais comme chaque année à la marche commémorative « In the footsteps of the 82nd Airborne Division ».
Pour cette édition, les organisateurs mettent en exergue les actions du 505th Parachute Infantry Regiment et du 551st Parachute Infantry Regiment.
Pour ma part, je suis présent pour marcher. D’abord ! Mais aussi pour me souvenir, et rappeler à d’autres, que si des gars sont venus de l’autre côté de l’Atlantique pour nous permettre de vivre comme nous vivons, bin, y’a pas de raisons pour qu’on n’en fasse pas autant aujourd’hui … pour nous-mêmes !
Ca y est ! Il est 08 :30 . Le départ est prévu à 09 :30. Comme je trimbale à chaque marche commémorative mon sac à dos, je démarre toujours avant les autres, histoire qu’il reste au moins encore une bière lorsque j’arrive !

DSC00219 (2).JPG

Après 200 m, je me tords une cheville sur un chemin anciennement boueux mais aujourd’hui gelé !
Ça commence bien ! Faut dire qu’avec le matériel sur le dos, c’est pas évident de slalomer entre des plaques de glace, des ornières tout aussi glissantes et des semblants de portions de chemins où la neige me permet encore de me déplacer sans trop de soucis. J’avoue, ce n’est pas une partie de plaisir !

DSC00211.JPG

J’aime bien, mais certaines portions du chemin sont très difficiles. Heureusement, sans que je ne m’y attende, tant je suis absorbé par la recherche du bon endroit où poser le pied, j’arrive sur des points où ce sont les reconstituteurs eux-mêmes qui se signalent à moi ! Et ils ont raison !

DSC00224.JPG

DSC00254.JPG

Ce n’est pas parce qu’ils sont bien camouflés que la troupe des marcheurs ne doit pas les voir ! J’ai le plus grand respect pour ces jeunes qui passent leur temps libre à faire revivre un peu de notre Histoire. Quel que soit le temps. Et en plus, c’est toujours l’occasion de faire de belles photos !
Pour ma part, ce n’est pas encore le moment de me reposer  ! Je me suis ramassé une première fois après avoir glissé sur une plaque de glace. Le genou droit a amorti la chute ! N’empêche qu’il a morflé un peu !

DSC00226.JPG

DSC00227.JPG

Il a fallu ralentir un peu la cadence ! Heureusement, j’arrivais au point de ravitaillement !
Oui, je sais, pour moi, c’était pas encore l’heure du diner, mais j’ai eu le plaisir de discuter un peu avec un ancien de la « 16 » membre de l’organisation sur place. Les capitaines, chefs et sergents, tous les anciens de notre époque y sont passés. Pour moi, la journée était déjà bonne !
Mais bon, faut bien avouer que j’ai un peu moins aimé la suite ! On est vraiment passés par les endroits les pires qu’ils auraient pu trouver en cette période hivernale! De la glace qui ressemblait à de la roche, de la neige qui ressemblait à de la glace et de la terre qui était dure comme la roche, je dois bien avouer que cela n’a pas été une partie de plaisir ! Difficile de choisir le bon endroit où poser le pied. D’autant plus qu’avec les mouvements de rattrapage effectués pour éviter des chutes, je me fatigue rapidement et tous les muscles des jambes en prennent un sacré coup.

DSC00229.JPG

DSC00231.JPG

Un moment d’inattention et bardaf, c’est la deuxième embardée et le même genou qui trinque.
La dernière centaine de mètres sur ce dernier chemin avant d’arriver sur la route qui mène à l’arrivée est la plus pénible du parcours. Je marche au ralenti en testant chaque endroit où je dois poser le pied. Heureusement, le calvaire se termine et je finis le dernier kilomètre sur route, toujours au ralenti, mais un peu plus serein quant aux risques possibles. Je ne m'arrête même plus pour prendre une photo, à chaque fois que j'essaie, le poids du sac me tire en arrière tant je suis fatigué.
Dans la dernière côte (l’endroit où se situe l’arrivée ne s’appelle pas Mont-Saint-Jacques pour rien) une ambulance me dépasse. A mon avis, je ne suis pas le seul à avoir subi des dommages !
Dans un dernier effort, je continue sur ma lancée pour déposer le matériel dans le mobilvouac garé à une petite centaine de mètres plus haut et pour me changer avant de redescendre boire une chope au local d’arrivée. 2€20 la chope, c’est pas donné ! Me demande si ce ne serait pas tenu par des hollandais ? Je n’ai pas fini ma bière que les copains de la Régionale Bastogne arrivent !

DSC00261.JPG

Comme chaque année, d’autres régionales Para-Commandos sont présentes elles aussi, dont de nombreuses flamandes. La salle se remplit au fur et à mesure des arrivées. Quand il faut attendre un peu trop longtemps pour être servis au bar, on sait qu’il est temps de se quitter !

DSC00259.JPG

In the footsteps.jpg

Prochaine marche commémorative et dernière de cette saison : la « Dead Man’s Ridge Walk », le 18 mars à Houmont (STE-ODE)
J’espère vraiment que l’hiver sera vraiment fini !
 


 

17:37 Écrit par Codorando dans Marches 2018 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.