18/04/2017

Petite Adeps à Burnontige

Lundi 17/04/17

06:30... Je pars pour Burnontige, petite commune près de Ferrières, au sud de la province de Liège, pour une petite marche Adeps de 20 km
A mon arrivée, il commence à pleuvoir ! Heureusement j'avais prévu le coup et j'ai pris des vêtements et des chaussures de rechange. D'autant plus que je ne rentre pas de suite après la marche, j'ai prévu quelques escales touristiques.
Un bon point pour les organisateurs : nous recevons un itinéraire de la marche avec au verso quelques commentaires sur les lieu-dits et autres points remarquables que nous rencontrerons sur le chemin. Heureusement, je prends maintenant la précaution d'emmener une pochette en plastique A4 pour y glisser les cartes.
Le monument aux résistants est inratable. C'est à cet endroit que trois jeunes gens furent exécutés par les allemands en septembre 44.

P4170003.JPG

Un peu plus loin, une flèche d'itinéraire est arrachée. Je crains le pire pour la suite, mais heureusement il n'en sera rien.

P4170004.JPG

Autre endroit intéressant, le pouhon du Fays. Autre bon point pour les organisateurs, c'est indiqué ! J'apprends ainsi qu'un pouhon est une source minérale ferrugineuse naturellement gazeuse.
Au vu de cette eau croupie, je me demande comment un habitant de la région mort à 102 ans a pu attribuer sa longévité à cette source !

P4170008.JPG

P4170007.JPG

En ce qui me concerne, cette eau ferrugineuse... Non.
Mais je dirais vraiment oui à un verre d'alcool, car je vous assure qu'avec cette pluie qui ne cesse de tomber, parfois en véritables averses, et le vent qui accentue encore le froid, il fait vraiment glacial ! J'ai les mains engelées.
Le passage par l'église St Antoine arrive donc à point pour une petite visite.
D'autant plus qu'elle est chauffée.

P4170013.JPG

P4170015.JPG

Les explications fournies m'expliquent qu'elle a été érigée en cet endroit par deux bûcherons (ou un jeune berger, selon les différentes légendes) qui s'étant perdus dans ces bois invoquèrent St Antoine pour retrouver leur chemin. Exaucés, les habitants prennent cette chapelle en charge depuis 1658.
Un peu plus loin, le centre de la Croix-Rouge prend lui en charge des demandeurs d'asile. Passons.
Nous quittons ensuite la route pour retourner dans le bois... de St Antoine ! Logique !

P4170018.JPG

Nous prenons ensuite la direction de Harre et d'une autre curiosité touristique, « li creux d'fièr », que vous n'aurez aucun mal à traduire. Il s'agit en effet d'une croix de fer du XVIème siècle qui a été dressée en 1954 au sommet d'un monticule de pierre abritant une statue de la Vierge (volée depuis).

P4170022 (2).JPG

P4170019.JPG

Longue descente dans les bois avant bien sûr une interminable montée, suivie d'une nouvelle descente où je passe en cadence speed-march, comme dans les descentes précédentes.
Dernier petit arrêt pour une photo du lieu-dit « Les Grosses Pierres ». Un nom tout trouvé pour ces rochers de quartzites des crêtes schisto-gréseuses du Siegenien, appartenant au « Massif de Stavelot » dans la zone anticlinale des Ardennes ! Je vous fais grâce des détails. Si vous n'avez pas tout compris, rassurez-vous, moi non plus !

P4170023 (2).JPG

Je termine les quelques centaines de mètres qu'il reste en compagnie d'un ancien du 2 Commando, inscrit à l'Amicale de Liège qui avait entamé la conversation après avoir reconnu « ma cadence de combat » ! A mon avis, le K-Way camouflé et mon sac à dos (le petit) orné d'un patch de l'ANPCV n'ont pas dû être étrangers à sa déduction !
Nous taillons une bavette tranquillement jusqu'à l'arrivée où je le quitte pour aller me changer. Je pensais boire un pot en sa compagnie au retour, hélas, je ne le reverrai pas. Faut dire qu'en fin de parcours, tout en discutant, ce qui souvent amoindrit notre attention sur l'endroit où on met les pieds, mon co-équipier, bâti comme une armoire à glace, s'était pris LA gamelle du jour. J'espère que son départ précipité n'est pas dû à cette chute malencontreuse.
C'est donc seul que je déguste la régionale du jour, dénommée à la buvette la «Saint-Antoine»....

P4170082.JPG

Ensuite direction Ferrières pour une visite du Musée des Jouets. Il est 12:45 et le musée n'ouvre qu'à 14:30.
Que faire en attendant ? Aller en boire une au bistrot le plus proche ? Raté !
Je file vers Vieuxville où j'avais prévu de me rendre de toutes façons pour y visiter le musée et le château-fort de Logne. Le temps est presque devenu estival.
Visites très intéressantes !

P4170077.JPG

P4170030.JPG

Avec une nouvelle petite surprise. Ayant aperçu mon mobilvouac sur le parking de la ferme musée, un habitant du coin vient à ma rencontre. Il s'agit de nouveau d'un membre de la régionale Para-Commando de Liège qui m'explique entre autres choses, que le château, avant qu'il ne soit restauré, avait servi à des exercices d'interrogatoires de prisonniers et d'évasion.
Le Raid de Logne est en effet bien connu des anciens Para-Commandos.  
Décidément, le monde est petit ! Faut dire aussi que si j'ai laissé le grand auto-collant de mon amicale de Mouscron sur le véhicule après avoir quitté la province de Hainaut pour celle du Luxembourg, c'est bien pour cette raison !


Le musée...

P4170077.JPG

 

P4170027.JPG

P4170035.JPG

P4170038.JPG

P4170033.JPG

P4170044.JPG

Et le château...

P4170054.JPG

P4170057.JPG

P4170063.JPG

P4170059.JPG

P4170069.JPG

P4170071.JPG

P4170075.JPG

Visites d'autant plus intéressantes qu'il est près de 17:00 lorsque je me rends à la brasserie du Domaine de Palogne, au pied du château pour y déguster une autre bière que je ne connaissais pas (forcément, c'est une américaine!) avant de prendre le chemin du retour. Le musée du jouet de Ferrières, ce sera pour une autre fois.

P4170084.JPG

Encore une bonne journée sportivo-éducative à mon actif.
A la prochaine.

16:37 Écrit par Codorando dans Marches 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.