16/11/2013

Bruges by Night

Pour ma 300ème marche officielle depuis que j’ai repris, j’ai décidé de sortir un peu des sentiers battus.
Ma destination est Brugge, la Venise du Nord, pour une marche « Bruges by Night ».
Je pars donc en début d’après-midi, afin de pouvoir découvrir un peu la ville.
Après avoir garé le mobilvouac sous un parking couvert et payant (de toutes façons, je ne suis pas certain qu’il y ait un autre choix possible), je me laisse happer par la foule qui sort de la gare et qui m’entraine vers le centre ville ! J’ai difficile à imaginer qu’une si petite ville puisse accueillir autant de touristes. Il y en a partout !

DSC03213.JPG

DSC03216.JPG

DSC03223.JPG

Dans les rues, dans les musées, dans les cafés et restaurants, partout ! Sur la place, les châlets et la patinoire sont en place pour le marché de Noel. Je renonce à visiter l’Historium. Trop de monde ! Je renonce d’ailleurs à visiter quoi que ce soit et préfère me balader dans la ville.
Vers 15:30 il est temps de reprendre la voiture pour me rendre à Sint-Michiel d’où a lieu le départ de la marche. Après avoir tourné en rond pendant ¼ d’heure pour tenter de trouver une place, je me gare en face d’un bistrot, il est fermé, je ne devrai déranger personne !
Après l’inscription, c’est parti pour 17 km. Le soleil commence à laisser la place à la pénombre, mais je n’aurais pas le plaisir de voir les rues illuminées avec les décorations déjà installées dans les rues, ni de goûter aux produits qui seront proposés au marché d’hiver comme il est politiquement correct d’appeler maintenant nos marchés de Noël.

DSC03239.JPG

DSC03240.JPG

DSC03241.JPG

DSC03242.JPG

Toujours autant de monde dans les rues principales et près des monuments illuminés qui jalonnent notre route, mais heureusement, nous sillonnons aussi de nombreuses petites ruelles que les touristes ne verront pas ! D’un autre côté, ce que nous ne voyons pas toujours, ce sont les flèches indiquant l’itinéraire et il n’est pas rare que je sois obligé de rebrousser chemin à cause d’une flèche que je n’avais pas vue, soit en étant seul, soit en suivant d’autres égarés ! Pour la prochaine, ne pas oublier de prendre une lampe de poche ! Ça peut servir !

DSC03244.JPG

DSC03252.JPG

DSC03253.JPG

Personnellement, j’en conclus que même ma vue n’est plus ce qu’elle était et après un x ième « ballonnage », je décide d’arrêter les frais ! Pour n’entrainer personne dans mes errances, je termine donc le parcours à la carte (?) et à l’azimut ! Ce qui ne m’empêche pas de faire encore quelques kilomètres supplémentaires, souvent en double-march pour rattraper le temps perdu !
J’arrive à la salle vers 20:00 et je m’aperçois que si moi je suis heureux d’être arrivé, d’autres sont très contents de commencer !
Plutôt que de boire le « verre de la route » dans une salle bondée, je préfère aller voir du côté du café en face duquel je suis garé. L’ « Old Moon », dans la Rijselstraat, est ouvert ! Sur les murs, de vieux vinyls et des instruments de musique décorent le lieu et au-dessus de moi, sur l’auvent du comptoir, une pochette 33 tours que j’ai également à la maison : Le Testament du Rock ! C’est bon signe !
J’ai à peine le temps de commander une chope que je suis pris à partie par un client qui me reconnaît comme étant un gendarme de l’IBSR flamand !  Comme je ne sais pas dans quelle galère je me suis fourré, je tente de suite de lui expliquer que je ne suis pas celui qu’il croit ! Mon flamand approximatif, mes longs cheveux et ma moustache à la gauloise finissent de le convaincre !
La discussion attire l’attention du patron qui commence à me parler en français avec un accent qui m’est familier ! Je ne me trompe pas, Philippe est natif de Mouscron lui aussi ! Et nous voilà partis, avec d’autres clients, dans des discussions sur nos souvenirs communs !
A mon avis, dans ce sympathique bistrot, ils n’ont jamais dû parler autant français que ce soir-là !
L’ambiance est à l’avenant ! Musique jazzy ou rock’roll années 50 /60 /70 en musique de fond, j’adore. Il n’en faudrait pas beaucoup pour que je me paie une bonne nuit de convivialité nostalgique, mais comme je n’ai rien prévu dans le mobilvouac pour passer la nuit sur place, c’est à regret que je quitte mes hôtes pour reprendre la route du retour !
D’un autre côté, je ne suis pas mécontent d’être resté « sobre » et de ne pas m’être laissé aller à mon penchant d’étudier dans son milieu naturel la faune disparate des autochtones en période de distraction ! Un brouillard, de plus en plus épais, m’accompagnera tout au long du parcours et nécessitera tout ce qu’il me reste d’attention !
En résumé, Excellente journée, mais il faudra penser un jour à visiter tranquillement cette belle petite ville de Bruges, avec une carte touristique et lors d’une période un peu plus calme !

Capture01.jpg

22:04 Écrit par Codorando dans Marches 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.