01/08/2013

Tro Breiz: Etape Dol-de-Bretagne – Combourg (4)

Suis content d’avoir passé la nuit dans ce petit camping sympa de Dol. Tout vaut mieux que de me retrouver encore entouré de ronfleurs ou d’être obligé d’attendre, de patienter ou de perdre mon temps pour mes faits et gestes les plus naturels !
Réveil vers 06:00, ce qui me permet d’aller déposer mon sac à parachutes au camion dès l’ouverture des portes ! D’autant plus qu’il se trouve à ¼ d’heure du camping !

DSC01828.JPG

Je récupère ensuite mon sac à dos, dépose sur l’appui de fenêtre, sous une éponge,  70 cents d’€ que les gérants avait laissé tomber la veille faute de monnaie (je vous avais dit qu’ils étaient sympas !) et je pars en direction du sud. L’azimut est le bon, mais pour le suivre, il faut forcément accepter de faire des détours ! Les bretons n’aiment pas non plus qu’on traverse leur maison ou leur jardin !
Premier bar ouvert, premier arrêt ! En effet, un panneau sur le trottoir me propose des sandwich ! C’est l’occasion d’acheter mon petit déjeuner et de me payer comme d’habitude mon jus de pamplemousse matinal ! Pour les sceptiques, je n’ai jamais bu autant de coca et de jus de pamplemousse que lors de cette semaine ! Surtout avant midi !
Le trajet du Tro breiz ne passait pas par là, mais j’avais décidé de faire un tour par cet endroit touristique important de la région : le Champ-Dolent et son menhir ! Un des plus grands de France encore debout ! D’autant plus qu’il fait partie de l’histoire de saint Michel dans la région ! En effet, la légende nous apprend que ce mégalithe aurait été lancé par le diable lui-même depuis le Mont-Dol où il avait pris ses quartiers, et où on aperçoit encore la trace d’une de ses griffes, vers la cathédrale de Dol dont il a arraché une tour, avant de se retrouver planté dans ce champ !
Ci-dessous, « l’aire de lancement » où le diable s’est accroché pour un lancer franc du menhir, les « dégâts » occasionnés au passage et le « point de chute » ! ;-)

DSC01777.JPG

DSC01790.JPG

DSC01830.JPG

Etant déjà « hors-piste » et plutôt que de suivre un balisage aléatoire, je me fie à ma carte et me dirige, toujours à l’azimut, vers le domaine où aura lieu la halte de midi pour les marcheurs du Tro Breiz en communauté.

DSC01835.JPG

Je me ravitaille donc dans la petite épicerie-bar du village avant de continuer ma route vers Combourg où j’arrive vers 14:00.
Le temps de boire quelques… jus de pamplemousses dans un bar de la place et de me renseigner sur un endroit où je pourrais camper, les camions arrivent et je peux récupérer mon brol de plus en plus lourd au fil des jours ! Le camping du coin se trouve assez loin du centre, de l’autre côté d’un lac que je dois donc contourner, toujours en me coltinant mon paquetage de 25 kg.  Personne à l’accueil si ce n’est une touriste hollandaise qui m’explique qu’il n’est pas possible de louer quoi que ce soit où se trouve un semblant de vrai lit ! Je n’ai en effet pas envie de dormir sous tente aujourd’hui ! Tant pis, je retourne en ville en continuant le tour du lac ! J’arrive donc à l’entrée de la ville et refuse de faire un pas de plus en apercevant l’Hôtel… du Lac ! Normal ! C’est décidé, je m’y installe ! Je suis mort !

DSC01837.JPG

DSC01848.JPG

Après une bonne douche et un changement de vêtements qui puent contre d’autres qui puent un peu moins, je repars à la découverte de la ville qui doit sa renommée non seulement à son très beau château, mais surtout à Jean-René de Chateaubriand qui l’a habité et décrit dans ses « Mémoires d’Outre-Tombe » et qui en a fait le berceau du romantisme.

DSC01847.JPG

Une visite du lieu s’impose, mais hélas, les photos y sont interdites, le domaine étant privé et encore habité. Une carte postale de la table de travail de l’écrivain et de son lit de mort vous en donneront toutefois une idée.

DSC01844.JPG

numérisation0008.jpg

Ce soir, je n’ai pas faim ! Beaucoup trop fatigué par cette nouvelle dure journée très ensoleillée. Trop pour moi ! Je rentre donc tôt à l’hôtel.
Je m’offre le luxe d’allumer la télé… 10 minutes !
J’ai à peine le temps de l’éteindre…..

21:57 Écrit par Codorando dans Marches 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.