22/05/2013

Mon petit raid de Corse 2013 (suite)

Me suis forcé à dormir ! Résultat: 10 heures au pieu !
Le temps de ranger le barda, de préparer un semblant de déjeuner, et me voilà en route. Départ des bergeries vers 08:15
Balisage impeccable, mais on passe d’un côté à l’autre de la vallée, c’est assez éprouvant !

180.JPG

191.JPG

Le gars aperçu la veille au refuge de l’Asinau me dépasse et me m’indique le bon chemin pour passer la rivière à gué. J’étais descendu un peu trop bas et commençais à être dans l’obligation de faire de l’alpinisme ! J’arrive rapidement au croisement qui mène d’un côté vers Quenza et le parcours du « Mare e monti » et de l’autre sur mon itinéraire prévu, celui de la fin du GR 20.

214.JPG

Le parcours est assez accidenté.
A la bifurcation de la variante alpine, je n’ai aucune hésitation . Je suis tellement fatigué par mes premiers jours de ballade que je préfère emprunter la voie dite « normale » un peu plus longue, mais comportant moins de difficultés techniques.

222.JPG

Quelques heures plus tard, je me dis qu’elle n’est pas seulement un peu plus longue, je trouve même qu’elle est beaucoup plus longue ! Et réellement difficile également ! A voir le gars qui est devant moi sur le haut de la photo, je me demande la différence avec la voie dite "alpine" !
J’ai les mains cramées depuis deux jours et ce n’est pas la crème solaire dont je les enduis maintenant chaque matin qui y change quoi que ce soit ! J’essaie tant bien que mal de les préserver un peu du soleil, mais le parcours est tellement accidenté que j’ai souvent besoin de mes deux mains, ainsi que de mes deux pieds et de mon bâton de secours, pour continuer à gravir les rochers et avancer pas à pas ! La fatigue accumulée depuis les deux premiers jours de marche se fait ressentir. J’en ai ras le bol, mais les paysages sont tellement magnifiques que l’on en oublie rapidement les petits à-côtés moins agréables !

208.JPG

De tours de monts en tours de collines, de grimpettes escarpées en descentes tout aussi difficiles, je termine enfin l’étape, aussi dure que les précédentes, vers 15:00.

226.JPG

Bavella ! Me revoilà dans la civilisation, mais je suis content d’être arrivé ! Sur les conseils d’une guide avec qui je discute un peu sur le respect de l’environnement de certains touristes, je vais au « Refuge des Aiguilles de Bavella » où je bois rapidement deux….. Cocas ( eh oui !) avant de louer un lit pour la nuit et d’aller prendre une bonne douche revigorante !

229.JPG

240.JPG

Un petit tour des environs s’impose dans les environs qui ont bien changé depuis 40 ans que je n’y étais plus venu ! Je passe donc en revue tout les endroits où on peut consommer une boisson rafraichissante.

232.JPG

245.JPG

Retour au bercail vers 17:00 où je patiente gentiment sur la terrasse en dégustant quelques Pietra et en attendant le repas qui nous est servi, avec quelques autres randonneurs, dans la salle ! Excellent repas traditionnel : assiette de charcuterie corse - sauté de veau à la paysanne accompagné de pâtes - fromage de brebis et confiture de figues, que je fais passer en compagnie d’une petite bouteille de vin corse !
C’est donc le ventre bien rempli et la tête chargée de souvenirs que je rejoins ma chambre pour une bonne nuit de sommeil.

227.JPG

La bonne nuit de sommeil prévue la veille en me couchant s’est révélée être une bonne nuit… difficile ! J’ai peu dormi !
Départ ce matin en compagnie des autres randonneurs, qui déposent leurs sacs dans une camionnette ! Ah ! On ne doit pas faire le même genre de trek ! Cela me fait un peu penser aux pèlerins qui font Compostelle en bus climatisé et qui en descendent quelques centaines de mètres avant les gîtes pour en monopoliser les lits ! Eh oui ! Chacun a sa propre façon de « marcher » !

261.JPG

Parcours sans trop de difficultés. Du moins jusque sur les hauteurs de Foce Finosa (1206 m), qui sont les premières difficultés du jour ! Il y en aura bien d’autres ! J’arrive au refuge de Paliri deux heures après avoir quitté Bavella et ou je suis accueilli par un brave chien sorti de je ne sais où !

280.JPG

274.JPG

Les infrastructures d’accueil et les installations sanitaires me accueil me paraissent un peu plus correctes et modernes que celles des bergeries de l’Asinau, bien que personne ne les utilise encore ! Le gardien du gîte n’est pas encore sur place et le petit magasin d’appoint est encore fermé ! La saison ne commence vraiment que dans quelques jours !
Après un petit tour du propriétaire, je continue donc mon chemin en regrettant de ne pouvoir y passer une nuit ! Faut dire que 10:00 c’est un peu tôt pour s’arrêter !

281.JPG

Un panneau m’indique que Conca est à 5 heures de marche ! On ne compte pas en kilomètres dans ces montagnes.
La suite sera moins souriante ! Je ne sais pas si c’est l’accumulation de fatigue ou les brulures qui m’ont empêché de dormir la nuit passée, mais c’est de plus en plus éprouvant. La chaleur y est certainement pour beaucoup également ! Les cols succèdent aux cols, les descentes et les montées sont de plus en plus raides et étroites. Lorsque je pense arriver enfin en vue de la dernière colline, une autre apparaît qu’il faut aussi contourner avant d’arriver à la suivante ! Mes mains sont cramoisies et je fais ce que je peux pour ne pas trop les exposer aux rayons ardents du soleil. Ce qui ne les empêche pas de me faire souffrir lorsque je frôle des branches ou lorsqu’elles s’écorchent le dos sur des buissons d’épineux, m’occasionnant ainsi quelques petites plaies supplémentaires !

323.JPG

Dans la Bocca di u Sordu, c’est plus difficile encore: ma poche à eau est vide et je préserve au maximum le demi-litre de réserve qui se trouve dans mon sac.
Heureusement, j’arrive aux ruines de Cappedu où un petit panneau m’indique une source ! Je ne la trouve pas et continue donc ma route sans perdre trop de temps !
Lors d’un de mes nombreux arrêts, j’entame ma réserve ! Pas de petites ruisseaux qui dévalent les pentes dans cette région, mais parfois des filets d’eau qui ruissellent des rochers entre la végétation. L’un d’entre eux arrive à point ! Quelques mètres d’escalade pour trouver un endroit pas trop contaminé et je remplis bouteille et poche de deux litres d’une eau qui ne m’inspire pas trop confiance, mais dont il me faudra bien me contenter ! Depuis le temps que je m’abreuve aux petites sources, j’espère bien être « immunisé » !

328.JPG

329.JPG

De temps à autres au détour d’une colline, j’aperçois la côte ! Et un peu plus près que ce « loin » un village. Je n’ose même pas imaginer qu’il puisse s’agir de ma destination tellement la distance me paraît encore énorme !
Je croise enfin quelqu’un ! Un anglais à qui je demande combien d’heures de marche il me reste jusqu’à Conca d’où il est probablement parti. D’après lui, deux ! D’après moi, donc, deux et demie ! En réalité j’en mettrai trois !

330.JPG

333.JPG

335.JPG

J’arrive donc vers 16:00 sur une route qui ressemble à une route et qui me mène au gîte après avoir traversé le village.
Ils sont en travaux, mais l’accueil est réellement impeccable.

339.JPG

Après un coca pour me réhydrater, quelques Serena ( bière blonde un peu plus légère que la Pietra) sont les bienvenues ! Chambre, salle d’eau, cuisine, frigo à disposition, rien ne manque.
Le beau-fils de la maison, un ancien Para français, m’apprend que quelques semaines auparavant, un groupe de militaires belges crapahutait dans les montagnes et qu’ils ont secouru, soigné et redescendu dans un de leurs sacs à dos, un chien blessé par des sangliers ! Sacrés belges ! J’aurais bien aimé les rencontrer !

Mon voisin de chambrée est le gars que j’ai rencontré la veille dans la traversée de l’Asinau. Sympa !

Les autres randonneurs sont quelques groupes qui débutent le périple vers Vizzavona, sauf qeux « costauds » qui doubleront les étapes pour faire le GR 20 en entier !!! Je préfère pour eux que pour moi !

008.jpg

Lessive de tout mes vêtements, quelques bières sur la terrasse en attendant qu’elle sèche… qu’elle sèche… qu’elle sèche…
Discussion avec ceux et celles qui commençent demain et à qui je préfère ne pas trop en dire pour leur laisser la surprise.
Comme il me faut faire de la place pour les « souvenirs » à ramener, je me restaure d’un dernier plat lyophilisé qu’il me reste (riz et poulet au curry) et de tout ce qui peut compléter le repas !
Première nuit réellement reposante ! Me demande si la Pietra y est pour quelque chose ?

Le lendemain matin, après un bon déjeuner et un petit kawoua dans le seul bar du village ouvert à 08:00 et où il y a déjà pas mal de monde, le patron du gîte nous redescend en voiture, mon compagnon de chambrée et moi, sur Porto-Vecchio !

355.JPG

J’ai de la chance, mon bus pour Bonifacio est déjà là et le chauffeur (le même qu’à l’aller) me propose de déposer mon sac dans la soute à bagages ! J’ai une petite demi-heure pour effectuer quelques achats et rechercher pour un copain des souvenirs concernant le passage historique du tour de France le mois suivant ! Rien ! A mon avis, les villages corses qui ne sont pas villes étapes n’en ont rien à cirer du grand cirque médiatique ! Rien qu’un tout petit autocollant qui n’a peut-être même aucun rapport avec le Tour ! Tant pis !
Je prends quand même le temps d’acheter dans une pharmacie une crème pour soigner mes brûlures et dans un bar une bière pour soigner mon départ !

377.JPG

Retour tranquille sur l’ancienne ville garnison de la Légion ! Le reste, c’est tourisme, visite de la ville, passage par un pub irlandais où je fais la connaissance de Yohan, le gérant saisonnier et Arnaud, un autre saisonnier qui repart vers Paris le lendemain ! La Guinness irlandaise passe aussi bien que son homologue corse !

357.JPG

Après une dernière nuit à l’hôtel, luxe suprême, et une petite matinée à parcourir une dizaine de kilomètres le long des falaises entre la ville et le phare du cap de Pertusato, il est temps de prendre le bus pour l’aéroport de Figari où je rejoins mes deux amies qui m’y attendent et qui, comme moi, garderont certainement aussi de magnifiques souvenirs de leur passage sur cet extraordinaire île qu’est la Corse !

485.JPG

492.JPG

SUNP0258.JPG

22:43 Écrit par Codorando dans Marches 2013 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.