06/06/2012

Marche de l'Armée 2012 à Diekirch - Deuxième jour de marche

Ce matin, pour cette deuxième étape de la Marche de l’Armée à Diekirch, réveil un peu plus tard que la veille : 05:45 !

Notre Mr Météo national nous avait prédit de la pluie samedi et du soleil ce dimanche ! Pour hier, c’était un peu raté ! Quelques gouttes d’eau, on ne peut pas vraiment appeler cela de la pluie !

Diekirch 200.JPG

Par contre, ce matin… il drache ! On ne peut donc pas vraiment appeler cela du soleil non plus !

Le tout, c’est de savoir comment s’habiller ! Et là, c’est pas gagné non plus. Hier j’avais ma veste anorak et mon parapluie: ils ne m’ont servi à rien ! Dans le doute, et en pensant que cela va s’améliorer comme prévu par notre météo nationale d‘il y a deux jours, j’opte pour le coupe-vent de mon Amicale Para-Commando et laisse tout le reste dans le mobilvouac ! Car comme je le soupçonne, après la journée d‘hier, si le soleil est de la partie comme prévu, cette étape ne sera pas que de la joie !

En attendant, c’est mal parti ! De nombreux participants sont moins optimistes que moi et comme ils sont pour la plupart luxembourgeois, je me pose des questions !!!

Tant pis ! Si j’ai droit à un vrai temps de Commando, autant l’être jusqu’au bout !

Diekirch 201.JPG

Diekirch 203.JPG

Départ comme la veille, le long de la Sûre, mais nous ne rentrons pas en ville, nous montons directement sur son versant sud avant de nous diriger vers le village de Folkendange. Oui, je sais, vous ne connaissez pas ! Moi non plus d’ailleurs ! Il s’agit d’un de ces nombreux petits bourgs qui n’ont pas d’allemand que le nom ! L’ordre et la propreté y sont omniprésentes, les routes sont impeccables et je suis persuadé que les habitants sont tout à fait conscients d’habiter un endroit où il fait bon vivre ! Même lorsqu’il pleut comme c’est le cas depuis le départ !

Diekirch 209.JPG

Diekirch 214.JPG

Diekirch 215.JPG

Ensuite, direction Eppeldorf, Savelbur et Medernach où nous sommes à mi-parcours, avec unre halte ravitaillement. Le temps de commander un pain-saucisse (heu… oui…. c‘est un pain-côtelette où la côtelette est remplacée par une saucisse !), je continue sur ma lancée pour le déguster en profitant d‘une accalmie ! D’autant que, comme je l’avais pressenti la veille, un genou commence à me faire mal, ce qui m’oblige, sans vraiment m’obliger, à adopter une cadence un peu plus raisonnable ! Notez bien qu’avec la pluie qui n’arrête pas de tomber, ce n’est pas difficile !

Diekirch 221.JPG

Diekirch 219.JPG

L’accalmie ne dure qu’un temps et la drache luxembourgeoise reprend de plus belle ! 

Pourtant, ces 20 premiers kilomètres m’ont parus plus faciles que les 20 premiers de la veille ! Allez savoir pourquoi ? 

Viennent ensuite les villages de Nommern, puis Schrondweiler au passage des 30 km.

Là, ce n’est plus de la pluie qui nous tombe dessus, ce sont des trombes d’eau I Il y a longtemps que je suis trempé jusqu’à la moelle, mais mes bottines avaient tenu le coup jusque là ! C’est fini ! Les 10 derniers kilomètres se feront les pieds noyés dans des bottines waterproof (qui dans ce cas empêchent l’eau de sortir !) Faudra vraiment que je me trouve quelque chose de vraiment efficace ! D4, c’est pas cher, c’est bien pour les touristes-randonneurs occasionnels, mais ce n’est quand même pas non plus le top pour des saisis qui passent 6 heures sous la pluie !

A Stegen, les participants au parcours des 20 km nous rejoignent au dernier grand ravitaillement !

Diekirch 226.JPG

Lorsque nous y arrivons, tout les endroits abrités sont bien entendu squattés par les «touristes» qui attendent le soleil pour quitter leur place ! Hélas, la pluie retombe de plus belle et je n’ai plus qu’à continuer mon chemin !

Diekirch 227.JPG

Diekirch 229.JPG

Diekirch 231.JPG

Diekirch 234.JPG

Diekirch 235.JPG

La dernière descente vers Diekirch sera également la dernière difficulté. Surtout pour ceux qui ont trop piccolé au dernier ravitaillement ! Avec les pluies diluviennes de la journée, le chemin initial a été transformé toboggan de boue qui en incitent beaucoup à la prudence ! Dont moi-même qui ai pourtant été sobre comme un chameau entre deux oasis ! S’agirait pas de se casser quelque chose à un kilomètre de l’arrivée ! 

Diekirch 237.JPG

14:00 J’y suis enfin ! Le temps de récupérer ma médaille, mon diplôme et deux chopes, je file me changer. Même pas besoin de me laver, je n’ai qu’à me déshabiller et me sécher pour être propre comme un sou neuf . 

Diekirch 245.JPG

Diekirch 242.JPG

Diekirch 246.JPG

Sans avoir oublié de me rhabiller, et après avoir fait le plein à bon compte du mobilvouac (à 1,22€ le litre,j’aurais tort de m’en priver)  je prends la direction de Vianden et de son château aperçu la veille. Y’a rien à faire, j’aime les châteaux et l’histoire qu’ils représentent ! Et quand j’en vois un, il faut que je m’y arrête ! 

Je m’installe donc pour la nuit au camping « Op den Deich » par lequel nous sommes passés la veille lors de la marche ! Bin oui, j’aime bien faire plaisir aux personnes qui acceptent le passage de parfois plusieurs milliers de personnes sur leur propriété !

Diekirch 253.JPG

Après le débarbouillage habituel, je pars faire un petit tour en ville !

Nous sommes dimanche fin de journée et l’Office du Tourisme est fermé ! J’en profite donc pour passer par le maximum d’endroits intéressants au gré de mes déambulations !

Diekirch 056.JPG

Diekirch 249.JPG

Diekirch 061.JPG

Il n’est pas dit que le lendemain, lundi, tout sera ouvert ! Il faut donc en profiter : la boucherie (pour renseignements), le Café de la Poste, le Café de Bruxelles, de nouveau la boucherie (pour les achats régionaux)  et retour au mobilvouac !

Diekirch 362.JPG

La nuit sera longue ! Très longue !

Je m’endors vers 21:00 heures pour me réveiller … 10 heures plus tard !

09:53 Écrit par Codorando dans Marches 2012 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.