15/05/2017

ELSENBORN 2017

Ce dimanche, je prends la direction du nord-est du pays, là où la température moyenne annuelle est de 5 à 8° : le plateau des Hautes-Fagnes et plus précisément, Elsenborn, bien connu des militaires, anciens miliciens ou nouveaux d'active.
En effet, le camp invite, comme chaque année, la population à parcourir les terrains de manœuvres et les champs de tir.
En allant vers le parking mis à notre disposition, j'aperçois un panneau « Musée »
En raison des événements, celui-ci était fermé les autres années. Aurais-je plus de chance cette fois ?
Inscription. Petit kawoua habituel. Et me voilà parti sur les chemins qui traversent le camp dans tous les sens.

P5140003.JPG

P5140005.JPG

Beaucoup de monde ! Ce n'est en effet pas courant de pouvoir arpenter ces chemins habituellement interdits au public.

P5140011 (2).JPG

Ce n'est qu'après le premier contrôle, sur la boucle réservée au marcheurs du 20 km, que je profiterai pleinement du calme et de la beauté de certains endroits. Il faut dire que par moments, on ne sait pas si on est encore en terrain militaire ou déjà dans la réserve naturelle qui lui est contiguë. Pas un bruit, si ce n'est de temps en temps le son d'une cloche dans le lointain qui me fait directement penser aux voyageurs égarés de temps plus anciens et qui, grâce à cela, pouvaient rejoindre des villages, surtout l'hiver où c'est un des endroits les plus enneigés de Belgique.

P5140016.JPG

P5140020.JPG

P5140021.JPG

P5140033.JPG

P5140034.JPG

Pas une voiture, pas un vélo pendant 20 km ! Le rêve !
Le seul véhicule que je verrai, c'est celui de la sécurité. Je n'ai rencontré personne depuis une heure, je prends donc un peu de temps pour discuter avec le responsable qui m'informe qu'il est nécessaire de veiller à ne pas s'écarter des chemins parfaitement balisés et que c'est dommage de ne pas avoir de matériel photographique me permettant d'utiliser un téléobjectif, car de l'autre côté de l'endroit où nous nous dirigeons, le gibier est nombreux et certainement moins farouche qu'ici ! Je me serais personnellement contenté d'une bonne paire de jumelles !

P5140040.JPG

P5140043.JPG

Après le second passage au contrôle, l'affluence des marches habituelles reprend son cours.

P5140049.JPG

P5140052 (2).JPG

Le château d'eau proche de la caserne est en vue, au bout d'une longue ligne droite en béton, mais cette partie de l'itinéraire est une possibilité pour les gens à mobilité réduite ou avec des poussettes de rejoindre sans encombres l'arrivée. Les autres accèdent à l'arrivée par des chemins un peu plus chaotiques empruntés habituellement par les véhicules blindés à l'entraînement avant de rejoindre leurs pas de tir !
Avant d'aller me désaltérer, passage par le mobilvouac pour me changer !

P5140112.JPG

Les deux chopes qui suivent sont les bienvenues !
Vient ensuite la visite du « Truschbaum Museum » ! Il est ouvert ! La visite est libre, mais du personnel militaire est à disposition pour les renseignements complémentaires.

P5100227.JPG

P5140074.JPG

P5140082.JPG

P5140092.JPG

P5140100.JPG

A l'étage inférieur, quelques pièces nous en apprennent un peu plus sur la faune et la flore du terrain d'exercices et du biotope du parc naturel.

P5140104.JPG

P5140107.JPG

P5140109.JPG

C'est avec cette belle visite que je termine ma journée en Hautes-Fagnes.
Ne la ratez pas l'année prochaine... tant que c'est encore possible !
Je me suis en effet laissé dire que des hollandais et des allemands étaient déjà sur les listes concernant la désintégration de ce qui reste de notre armée belge en ce qui concerne l'achat du terrain à des fins privées !
Pfff ! Décidément, avec l'aide intéressée de nos politiciens, ces rapaces touristiques n'ont pas fini de tout monopoliser !

Allez, je vous laisse sur ce point de réflexion peu réjouissant qui ternit un peu cette excellente journée !

15:33 Écrit par Codorando dans Marches 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marche elsenborn |  Facebook |

24/04/2017

En visite chez les Blancs-Moussis

Faut bien avouer que le choix des marches n'est pas très grand ce samedi.
Je porte donc mon dévolu sur la plus proche : la 39ème Grande Marche internationale à Stavelot avec au programme 42, 30, 21, 12, 7 et 4 km.
Bon, n'étant pas là pour battre des records, je me contenterai du parcours de 21 km, ce qui me laissera mon après-midi pour visiter quelques musées !
Je prends mon petit café habituel lorsque ma surprise est grande d'être interpellé par Anne-Marie, la secrétaire de Mont-Marche-Tournai et excellente marcheuse de longue distances ayant fait « Compostelle ». Elle est accompagnée de deux autres membres de mon ancien club, dont mon ancien chef Christian qui semble lui aussi être excellent sur les grands trajets !
J'apprends ainsi que le reste de la troupe devrait arriver en car le lendemain ! Pas de chance, j'aurais dû vérifier l'agenda du club.
Nous partons donc ensemble tranquillement par de beaux petits chemins vers le nord, en direction de Francorchamps.

P4220008.JPG

P4220012.JPG

Personnellement, je comprends rapidement que ça va pas être une sinécure. J'ai délaissé la paire de bottines mises hors-service la semaine passée pour chausser celle avec laquelle j'avais déjà eu quelques soucis, mais que j'utilisais pour mes travaux dans le jardin ! Rapidement, je ressens aux deux talons la douleur caractéristique de la peau qui s'est décollée à l'endroit des coutures intérieures du talon de la chaussure.
Les soucis d'avant seront donc malheureusement encore les soucis du jour !
A des kilomètres à la ronde, on ne voit pas le circuit, mais on sait qu'il est là. Cette fois on a droit pendant des heures au vrombissements des moteurs du TCR Trophy Belgium ! J'ai eu beau chercher (un peu, il faut bien l'avouer!) je sais toujours pas ce que c'est !
Moi qui aime bien le calme en forêt, je suis servi !

P4220016.JPG

Arrivés au contrôle des 21, 30 et 42 km, je me sépare de mes amis tournaisiens qui continuent sur le 30 en leur promettant de les attendre à l'arrivée. Je redescends donc vers le sud avec toujours en fond sonore le bruits bolides de course !

P4220018.JPG

Mes pieds me font souffrir un peu dans les chemins ravinés par le matériel des bûcherons sur lesquels il faut faire attention où on met les pieds. Faut dire que je n'avais rien à faire là. J'ai tourné à gauche à un petit carrefour alors qu'il fallait continuer tout droit ! Première erreur !
Après être revenu sur mes pas, je rattrape en doublant la cadence.

P4220015.JPG

P4220019.JPG

Ceci dit, je me suis rapidement aperçu que j'avais moins mal aux pieds en courant ! Je ne m'en prive donc pas et continue ainsi jusqu'à la fin du parcours.
Et c'est ainsi qu'une fois de plus, je me paie quelques centaines de mètres de « ballon » ! Je rate en effet une bifurcation devant laquelle une brave dame attendait ses amies !
Heureusement, lors d'une faible apparition du soleil, je m'aperçois que je continue dans le sens opposé de celui où je suis sensé aller !
Le ravel jusque Stavelot est la dernière épreuve pour moi ! C'est long, mais alors long... !!!
Mon Dieu que je n'aime pas ça ! Même en courant et même si quelques photos viennent un peu agrémenter cette monotonie visuelle.

P4220022.JPG

P4220027.JPG

J'arrive donc vers 12:30 à la salle ! Comme je ne compte pas sur l'arrivée de mes amis avant 14:00, j'ai le temps de me changer et d'aller visiter l'exposition sur les Templiers à l'Abbaye de Stavelot ! Petite expo, mais intéressante !

P4220038.JPG

P4220037.JPG

P4220034.JPG

P4220043.JPG

Retour à la salle où je me paie quelques chopes en attendant les amis !
14:30, toujours personne. Tant pis ! J'ai un semblant d'horaire ainsi qu'un taux d’alcoolémie à respecter, il faut que j'y aille !
Direction Salm-le-Château et le musée du coticule : la pierre à aiguiser ! Comme il n'est pas ouvert toute l'année, je profite des premiers jours d'ouverture ! Bon, un peu cher quand même. Surtout le morceau de roche récupéré dans le tas de « cailloux » et qui me coûte 5 € ! J'aurais acheté une pierre polie que j'aurais martelé pour la rendre un peu plus brute, cela m'aurait coûté moins cher !:-)
Surtout que je pensais que le gars m'en faisait cadeau !!! :-)

P4220071.JPG

P4220054.JPG

P4220065.JPG

P4220069.JPG


C'est donc sur cette bonne petite visite que je termine la journée !

Comme je l'avais prévu au début du parcours, mes talons ont souffert un peu.
Pas de marche ce dimanche !

P4220030.JPG

Je retourne donc sur Stavelot pour saluer comme promis les amis de Mont-Marche-Tournai.

P4230012 (2).JPG

Une fois de plus, mes visites prévues ne se déroulent pas comme je l'espère. Le trésor de l'église St Sébastien n'est visible que cet après-midi ainsi qu'un autre musée des environs dont j'aurais certainement le plaisir de vous parler bientôt.

En attendant, bonne semaine les gens !
Et pour les amis qui s'imaginent que je n'achète que de la bière...

P4220004.JPG

P4220007_1.JPG

 

 




10:30 Écrit par Codorando dans Marches 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

18/04/2017

Petite Adeps à Burnontige

Lundi 17/04/17

06:30... Je pars pour Burnontige, petite commune près de Ferrières, au sud de la province de Liège, pour une petite marche Adeps de 20 km
A mon arrivée, il commence à pleuvoir ! Heureusement j'avais prévu le coup et j'ai pris des vêtements et des chaussures de rechange. D'autant plus que je ne rentre pas de suite après la marche, j'ai prévu quelques escales touristiques.
Un bon point pour les organisateurs : nous recevons un itinéraire de la marche avec au verso quelques commentaires sur les lieu-dits et autres points remarquables que nous rencontrerons sur le chemin. Heureusement, je prends maintenant la précaution d'emmener une pochette en plastique A4 pour y glisser les cartes.
Le monument aux résistants est inratable. C'est à cet endroit que trois jeunes gens furent exécutés par les allemands en septembre 44.

P4170003.JPG

Un peu plus loin, une flèche d'itinéraire est arrachée. Je crains le pire pour la suite, mais heureusement il n'en sera rien.

P4170004.JPG

Autre endroit intéressant, le pouhon du Fays. Autre bon point pour les organisateurs, c'est indiqué ! J'apprends ainsi qu'un pouhon est une source minérale ferrugineuse naturellement gazeuse.
Au vu de cette eau croupie, je me demande comment un habitant de la région mort à 102 ans a pu attribuer sa longévité à cette source !

P4170008.JPG

P4170007.JPG

En ce qui me concerne, cette eau ferrugineuse... Non.
Mais je dirais vraiment oui à un verre d'alcool, car je vous assure qu'avec cette pluie qui ne cesse de tomber, parfois en véritables averses, et le vent qui accentue encore le froid, il fait vraiment glacial ! J'ai les mains engelées.
Le passage par l'église St Antoine arrive donc à point pour une petite visite.
D'autant plus qu'elle est chauffée.

P4170013.JPG

P4170015.JPG

Les explications fournies m'expliquent qu'elle a été érigée en cet endroit par deux bûcherons (ou un jeune berger, selon les différentes légendes) qui s'étant perdus dans ces bois invoquèrent St Antoine pour retrouver leur chemin. Exaucés, les habitants prennent cette chapelle en charge depuis 1658.
Un peu plus loin, le centre de la Croix-Rouge prend lui en charge des demandeurs d'asile. Passons.
Nous quittons ensuite la route pour retourner dans le bois... de St Antoine ! Logique !

P4170018.JPG

Nous prenons ensuite la direction de Harre et d'une autre curiosité touristique, « li creux d'fièr », que vous n'aurez aucun mal à traduire. Il s'agit en effet d'une croix de fer du XVIème siècle qui a été dressée en 1954 au sommet d'un monticule de pierre abritant une statue de la Vierge (volée depuis).

P4170022 (2).JPG

P4170019.JPG

Longue descente dans les bois avant bien sûr une interminable montée, suivie d'une nouvelle descente où je passe en cadence speed-march, comme dans les descentes précédentes.
Dernier petit arrêt pour une photo du lieu-dit « Les Grosses Pierres ». Un nom tout trouvé pour ces rochers de quartzites des crêtes schisto-gréseuses du Siegenien, appartenant au « Massif de Stavelot » dans la zone anticlinale des Ardennes ! Je vous fais grâce des détails. Si vous n'avez pas tout compris, rassurez-vous, moi non plus !

P4170023 (2).JPG

Je termine les quelques centaines de mètres qu'il reste en compagnie d'un ancien du 2 Commando, inscrit à l'Amicale de Liège qui avait entamé la conversation après avoir reconnu « ma cadence de combat » ! A mon avis, le K-Way camouflé et mon sac à dos (le petit) orné d'un patch de l'ANPCV n'ont pas dû être étrangers à sa déduction !
Nous taillons une bavette tranquillement jusqu'à l'arrivée où je le quitte pour aller me changer. Je pensais boire un pot en sa compagnie au retour, hélas, je ne le reverrai pas. Faut dire qu'en fin de parcours, tout en discutant, ce qui souvent amoindrit notre attention sur l'endroit où on met les pieds, mon co-équipier, bâti comme une armoire à glace, s'était pris LA gamelle du jour. J'espère que son départ précipité n'est pas dû à cette chute malencontreuse.
C'est donc seul que je déguste la régionale du jour, dénommée à la buvette la «Saint-Antoine»....

P4170082.JPG

Ensuite direction Ferrières pour une visite du Musée des Jouets. Il est 12:45 et le musée n'ouvre qu'à 14:30.
Que faire en attendant ? Aller en boire une au bistrot le plus proche ? Raté !
Je file vers Vieuxville où j'avais prévu de me rendre de toutes façons pour y visiter le musée et le château-fort de Logne. Le temps est presque devenu estival.
Visites très intéressantes !

P4170077.JPG

P4170030.JPG

Avec une nouvelle petite surprise. Ayant aperçu mon mobilvouac sur le parking de la ferme musée, un habitant du coin vient à ma rencontre. Il s'agit de nouveau d'un membre de la régionale Para-Commando de Liège qui m'explique entre autres choses, que le château, avant qu'il ne soit restauré, avait servi à des exercices d'interrogatoires de prisonniers et d'évasion.
Le Raid de Logne est en effet bien connu des anciens Para-Commandos.  
Décidément, le monde est petit ! Faut dire aussi que si j'ai laissé le grand auto-collant de mon amicale de Mouscron sur le véhicule après avoir quitté la province de Hainaut pour celle du Luxembourg, c'est bien pour cette raison !


Le musée...

P4170077.JPG

 

P4170027.JPG

P4170035.JPG

P4170038.JPG

P4170033.JPG

P4170044.JPG

Et le château...

P4170054.JPG

P4170057.JPG

P4170063.JPG

P4170059.JPG

P4170069.JPG

P4170071.JPG

P4170075.JPG

Visites d'autant plus intéressantes qu'il est près de 17:00 lorsque je me rends à la brasserie du Domaine de Palogne, au pied du château pour y déguster une autre bière que je ne connaissais pas (forcément, c'est une américaine!) avant de prendre le chemin du retour. Le musée du jouet de Ferrières, ce sera pour une autre fois.

P4170084.JPG

Encore une bonne journée sportivo-éducative à mon actif.
A la prochaine.

16:37 Écrit par Codorando dans Marches 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

01/04/2017

Petite ballade au pays borquin

 

Ce samedi, petite marche tranquille à Saint-Hubert.
C'est pas trop loin, je peux donc partir un peu plus tard.
Ça tombe bien, sommeil difficile en ce moment avec cette ******** de changement d'heure.
Je suis sur place à 07:30 et départ comme d'habitude après mon kaoua habituel un quart d'heure plus tard.
Suis dans le bain directement. Ceux qui sont devant moi sortent leurs parapluies. Moi je me contente de fermer ma veste en polaire.
Bin oui, je savais qu'il allait faire un temps de Commando, mais pas vraiment si tôt ! J'ai donc laissé la veste un peu plus imperméable dans le mobilvouac.
On fera sans !

P4010001.JPG

Temps de Commando, marche de Commando. Je progresse en simili speed- march pour petit vieux de 63 ans. Faut dire que j'y vais mollo après une petite blessure au mollet qui m'a obligé à rater quelques marches prévues.
Pour les 15 premiers kilomètres pas de problèmes, ils sont bouclées en moins de 2 heures. Par contre, pour les 5 derniers, malgré quelques faibles apparitions du soleil, ce fut un peu plus long. Un avant dernier contrôle dans un sympathique petit café d'Arville et un dernier à la buvette du parc à gibier de St Hubert, faut bien avouer que ma moyenne horaire en a pris un coup !

P4010004.JPG

Les pauses furent courtes, mais réconfortantes. Je me promets de repasser au parc plus tard.
J'arrive à la salle vers 11:10.
Petit tour en ville, passage à l'office du tourisme. Le musée Pierre-Joseph Redouté (célèbre peintre wallon connu pour ses peintures de fleurs que chacun d'entre vous a certainement déjà vu un exemplaire quelque part) est fermé.
Pas de chance.

Scan0005.jpg

Je remonte donc directement vers le parc à gibier.
Etonnant, par endroits, c'est clôturé, et un peu plus loin on arrive presque en plein coeur d'une harde de cerfs et de biches, sans pour autant avoir franchi un passage interdit. On s'imagine donc, tel un photographe qui a passé des heures à l'affût, faire les photos animalières du siècle !

P4010038.JPG

P4010039.JPG

Pas de chance, plusieurs biches suivaient mon approche depuis mes premiers pas en dehors du chemin et fuient bien entendu dans le sens contraire de ma progression dès que j'arrive un peu trop près.
L'astuce, c'est de se planquer un moment et d'attendre qu'un groupe de visiteurs arrive de l'autre côté et les rabatte de mon côté. J'ai bien aimé le gars qui les dirigeait vers moi parce qu'il tirait des photos avec son flash ! Discrétion assurée !
Les sangliers sont un peu moins craintifs.

P4010047.JPG

Après une dernière chope à la buvette du parc, je file sur Fourneau-Saint-Michel.
Pas pour visiter le musée de la vie rurale (je peux quand même pas y aller chaque année pour revoir la même chose!) mais pour y déguster une des spécialités de l'estaminet «Al Pèle» qui fait entre autres bonnes choses, des poêlées, des omelettes et des plats mijotés à l'ancienne.

1243042061.jpg

Photo internet

Après un Maitrank en apéro, j'ai opté pour la première suggestion au tableau: la poêlée du pèlerin ! Du côté d'un endroit qui s'appelle St Michel, ça tombait pile-poil !
Je n'ai pas été déçu. C'était copieux et excellent !

P4010059.JPG

Après avoir lu une petite pensée affichée au mur : « Si vous pensez que l'aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle !», je me laisse tenter en fin de repas par un «lessai d'gatte» qui m'avait-on dit est un genre de lait de chèvre ! Faut dire que le patron m'avait prévenu qu'il avait déjà dû en reconduire quelques uns après dégustation !
Mwouais! Il connaît pas les Commandos aventuriers !
Bon... Je n'en ai bu qu'un seul. Dans le doute, je m'abstiens. J'avais encore quelques kilomètres à faire.
A vous de vous faire votre propre idée lors d'un de vos prochains passages.
Moi, j'ai aimé !
Demain, dimanche, il y a une marche Adeps au départ de l’aérodrome de St-Hubert....
Me demande si j'irais pas déguster une autre poêlée dans les environs ?

21:53 Écrit par Codorando dans Marches 2017 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

14/11/2016

Marche du Domaine de Chevetogne

 

Samedi matin
Je me rends à une petite marche que j'avais notée dans mon agenda depuis un bon moment.

Elle est organisée par les « Fougnans de Ciney » et se déroule presque exclusivement dans le domaine de Chevetogne.

53fe98855d-NA044%20LES%20FOUGNANS%20(2).jpg

Pour la petite histoire, en wallon du coin, « fougnan » signifie « taupe » ! Au début de la formation du club, il était en effet associé à un club de spéléologie. Ceci explique cela.
C'est la première fois que j'y participe.
Ce domaine est immense et je roule un bon moment avant d'arriver à la salle où a lieu le départ.
Après mon petit café habituel, je me mets en marche. Une minute plus tard, je suis dans les bois.

Chev (1).JPG

Chev (4).JPG

Chev (6).JPG

A part quelques petites boucles en dehors du domaine, nous y restons tout au long du parcours. La météo est bonne. Il fait frais, mais le soleil est de la partie.

Chev (11).JPG

Chev (13).JPG

Chev (22).JPG

Chêvetogne 00 (1).JPG

La marche se combine vraiment bien avec la visite des lieux : étangs, cascades, château, plaines de jeux qui font le bonheur des nombreux enfants déjà présents et des nombreux marcheurs.

Chêvetogne 70 (4).JPG

Chêvetogne 70 (8).JPG

Chêvetogne 80 (16).JPG

Chêvetogne 80 (20).JPG

Chêvetogne 80 (22).JPG

Il est près de 11:30 lorsque mon parcours se termine.

Chêvetogne 81.JPG

Le temps de boire une bonne bière régionale, je reprends le mobilvouac pour rejoindre le bureau d’accueil à l'entrée et voir si je ne peux pas y trouver un plan afin de découvrir les autres lieux intéressants du domaine cet après-midi.
C'est à ce moment là que mes soucis commencent. Je ne trouve plus mon portefeuille !
J'ai beau retourner mes vêtements et mon sac à dos dans tout les sens... Rien !
Je retourne au parking en espérant le retrouver. Pas de pot, depuis que je suis parti, d'autres véhicules sont arrivés et retrouver un portefeuille couleur camo en cette période, dans l'herbe et dans les feuilles, c'est mission impossible ! Ce n'est peut-être même pas là que je l'ai perdu !
Tant pis ! Il ne me reste plus qu'à faire une déclaration de perte aux organisateurs, même si je ne me fais pas beaucoup d'illusions.
Ce fâcheux contretemps signe aussi la fin d'une visite qui s'annonçait pourtant prometteuse.
C'est à regret que je prends la route de retour. Le parcours du matin dans ce magnifique endroit fut un réel plaisir.
Pour couronner le tout, la jauge de carburant est au plus bas et il ne me reste que 5 €.
Je sens que cela va être la galère.
Après la déclaration au bureau de police de Ciney (on ne sait jamais), je rentre au bercail.
Alors que j'effectue le blocage des cartes bancaires via Card Stop, pas de chance, la conversation s'arrête... Crédit gsm épuisé ! Je n'ai pas eu la confirmation de la procédure !
Sans argent, je ne peux descendre en ville pour acheter quelques litres d'essence (manquerait plus que je tombe en panne avant d'y arriver !). Sans essence je ne peux aller acheter une recharge pour le gsm, ni aller retirer de l'argent au distributeur. C'est vraiment pas mon jour !
Y'a plus qu'à prier saint Jude et sainte Rita, patrons de causes désespérées, et surtout attendre le lundi en espérant que la banque ne fasse pas le pont la veille de ce 15 novembre, jour de la Fête du Roi.

Lundi 10 heures. Je me prépare à descendre en ville. Nouvelle tuile : la batterie du mobilvouac est morte ! Apparemment, ce lundi d'automne, c'est pas mon jour non plus !
Heureusement, j'ai un vieux chargeur ! Le temps de démonter, charger et remonter la batterie, plus la peine descendre en ville, la banque sera de toute façon fermée ! Je n'ai plus qu'à attendre le mercredi !

Lundi soir, appel d'un membre du club de marche et mail envoyé par la présidente.
Ô miracle, le portefeuille a été retrouvé !!! Ouf ! Me voilà avec une fameuse épine hors du pied ! Car une épine dans le pied d'un marcheur, ça le fait vraiment pas !
Un grand merci à la personne qui l'a retrouvé ainsi qu'aux organisateurs du club ! Nul doute que je serai présent à la prochaine marche qu'ils organiseront.
L'attente jusqu'au mercredi se fera un peu plus sereinement.

Comme quoi, faut jamais désespérer ! Suffit d'accepter que certaines choses arrivent comme elles doivent arriver ! Et « faire avec » !

A la semaine prochaine... si tout va bien !

plan.jpg

 

20:35 Écrit par Codorando dans Marches 2016 | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |